Méribel 1, Caro 0

Samedi dernier nous sommes montés à Méribel pour skier, s’éclater, marcher, s’amuser, luger, rigoler… Le nombre de participants oscillant entre 7 et 9 au cours de la journée. Résumé des festivités :

10H28 : A Taaable! Un gros brunch préparé avec soin par Caro, Julie et Thomas.

photo 1-1

11H32 : Après avoir réussi à charger les voitures de nombreux skis, d’un snowboard (pas le mien pour une fois), de bonne humeur et surtout de HUIT LUGES, nous prenons la route direction Méribel!

13H00 : Forfaits achetés, skis aux pieds, nous sommes prêts à nous lancer! En plus le soleil est de la partie!

photo 2-1

13H14  : Caro a loué un snowboard et va perfectionner ses virages pour la seconde fois.

caro

13H17 : Pour une deuxième sortie, Caro est plutôt bonne, elle fait 3 ou 4 beaux virages.

13H24 : Après 200 mètres Caro est au sol. Son poignet ne semble pas avoir résisté à une telle perfection snowboardaire.

13H25 : Caro « va vomir »!

13H27 : Caro « va mourir »!

13H54 : Caro part en barquette direction le cabinet médical.

13H57 : Andy Curly nous rejoint. Après une quinzaine d’années en snowboard, je rechausse les skis cette année, une monitrice personnelle est donc la bienvenue!

photo 3 photo 3-1

15H50 : Pause sandwich dans la télécabine.

photo

16H50 : Nous apercevons une partie de l’équipe du concept store Colette accompagnée de l’artiste Kevin Lyons. En effet ils ont pris possession de La Folie Douce mais, encore une fois, beaucoup de bruit pour rien. Nous sommes pris au piège par leur communication sur les réseaux sociaux alors que seules deux ou trois planches sont exposées. BOF.

16H57 : Nous rejoignons Caro au Barometer dans le centre de Meribel. Verdict : fracture du poignet et un joli plâtre dont la customisation sera inaugurée par Julie.

photo 2

18H14 : En route vers le Refuge de la Traie (ou « de la Traye »). Nous allons bientôt faire connaissance avec Pascal, le propriétaire et sa légendaire « Vipérine »!

18H44 : Pascal vient chercher Caro et nos huit luges en motoneige. Julie en profite pour se défiler en accompagnant Caro. Pour se faire pardonner elle se chargera de la lourde tache d’enlever la neige dans les luges et ainsi garder nos fesses au chaud.

18H55 : Nous entamons la montée en direction du refuge.

19H04 : En effet ça grimpe.

19H20 : Je vais mourir.

19H32 : Hey les gars, je vais mourir. Heureusement Andy est solidaire.

19H48 : Ca y est, je suis morte?!

20H00 : On aperçoit ENFIN le refuge! « Mais vous êtes surs que c’est là? Il y a des mecs dénudés à l’extérieur! »

20H04 : Effectivement, il fait tellement bon avec le poêle de Pascal que Thomas et Olivier ont fait tomber la polaire.

photo 1

20H15 : C’est parti pour la dégustation de la fondue. Pascal nous raconte de nombreuses anecdotes surtout concernant la fabrication de sa fameuse vipérine. Oui oui, ce sont bien des vipères dans les bouteilles.

photo 4-1

21H12 : Le temps est venu de gouter la spécialité du chef (et bien d’autres comme la Sapinette). GLOUPS.

21H45 : Nous allons entamer notre folle descente en luge.

photo 4

22H03 : Ouh ça va vite, j’ai peur.

22H13 : Ah ça remonte.

22H25 : Waouh on est trop des fous, on prend trop des risques.

22H32 : Ah mais ça remonte encore, pourtant à l’aller j’avais pas l’impression qu’il y avait des descentes…!

23H00 : Tout cela est passé bien trop vite, il est déjà temps de rentrer…

Bilan : Méribel offre un magnifique domaine skiable mais elle présente les défauts des stations très touristiques avec énormément de monde sur les pistes ou encore un personnel qui ne parle même pas français dans la plupart des bars. La montée à pied jusqu’au refuge de Pascal n’est pas des plus faciles mais la soirée en vaut la chandelle. Il faut y aller pour gouter ses préparations secrètes et savoir comment la vipère atterrie dans la bouteille et ce qu’il en fait une fois cette dernière terminée! La folle descente en luge fait vite oublier les courbatures que nous allons avoir aux cuisses le lendemain!

Publicités

3 réponses à “Méribel 1, Caro 0

  1. Bonjour Caroline,

    Je suis navré que vous n’ayez pas été satisfaite de votre passage à la Folie Douce. La présence de Kevin Lyons était pour les riders aficionados de l’artiste et de la marque DC Shoes, c’était un happening en live et nous sommes navré si ce show vous a déçu. Le choix de faire la customisation des boards dans la fruitière plus « au calme » était le choix de l’artiste que nous avons respecté.

    Nous espérons avoir la chance de vous avoir à nouveau parmi nous d’ici la fin de la saison et que vous repartirez d’ici avec une meilleure image que celle dépeinte dans votre article.

    Amicalement.

    M.
    Community Manager

    • Bonjour Michel, merci pour l’intérêt porté a mon article sur cette journée a Méribel.
      La Folie Douce n’était absolument pas remise en cause, j’espère revenir notamment pour l’incontournable fermeture!
      Je n’étais effectivement pas là au moment du happening et parlais seulement des quelques planches exposées dans la Fruitière.
      Je me permettais de remettre plutôt en cause la communication du concept store Colette qui a tendance a « vendre du rêve » sur les réseaux sociaux. Concrètement la personne qui faisait le déplacement a la Folie Douce afin d’être surprise par le projet Colette x Kevin Lyons x La Folie Douce (or customisation live de l’artiste) pouvait être déçue…
      J’espère avoir un peu étayé mon point de vue et venir déguster un de vos excellents burgers au plus vite!
      Marine

  2. Pingback: La montagne, ça vous gagne! | Shokobon and I·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s